Pourquoi AUX 2 TABLES? parce que l'homme ne vit pas que de pain....

Qui êtes-vous ?

Ma photo

 Bienvenue sur mon blog "AUX 2 TABLES", où nourritures terrestres et nourritures célestes se côtoient. Sentez-vous libre de grignoter, goûter, déguster l'une ou l'autre selon votre appétit...

lundi 27 juillet 2015

Mayonnaise très très légère.


Je vous ai déjà donné l'année dernière, une recette de mayonnaise “un peu" allégée: sans œuf,  ICI 
Celle que je vous propose aujourd’hui est encore plus légère! 


 Pas d’œuf, pas d’huile! Si, si, c'est possible!


Difficile de faire mieux.

Et son goût? sa texture?  A s'y méprendre!

Parfaite pour accompagner toutes les crudités de cet été. Vous pouvez la “customiser” comme toutes les mayonnaises en ajoutant : fines herbes, ail, Ketchup, épices etc.…

Vous vous doutez bien qu’il y aura quelques éléments de substitution….
Les voici:




400 gr de tofu soyeux
3 c à s bombées de purée d'amandes
2  c à s (pas trop grosses) de moutarde
*
1 c à s de tamari ou 2 c à s de jus de citron

Sel, poivre et une pincée de curcuma (facultatif)





Mettre tous les ingrédients dans le bol du Thermomix. Mixer 2 fois 1mn/Vit8.
en raclant la paroi du bol entre 2.

Elle va paraître assez liquide, c’est normal. Elle va “prendre” pendant le repos au frais. (C’est le même principe que pour la mousse soyeuse au chocolat ICI)

Mettre dans une boite hermétique et laisser reposer au moins 3-4 heures au réfrigérateur avant l’utilisation.

Remarques:

- * Sans œuf, le goût de la moutarde ressort davantage que dans une mayonnaise classique, n'ayez pas la main trop lourde!

- Pour 2 personnes, je divise les proportions par 2. S'il en reste, elle se conserve très bien au réfrigérateur une bonne semaine, dans une boite hermétique.

- Vous souhaitez une sauce plus liquide pour une salade? Pas de problème, ajoutez un peu d’eau mélanger, c’est tout!

- Avec un mixer type “pied à soupe” cela fonctionne très bien aussi.







Source: Maison ABC, la maison ou il fait bon vivre! Merci Bibi pour ton partage.







dimanche 26 juillet 2015

La nourriture de la Vie Eternelle



ÉVANGILE – selon Saint Jean 6, 1 – 15

En ce temps-là,

1 Jésus passa de l’autre côté de la mer de Galilée,
le lac de Tibériade
2 Une grande foule le suivait,
parce qu’elle avait vu les signes qu’il accomplissait
sur les malades.
3 Jésus gravit la montagne, et là, il était assis avec ses disciples.
4 Or, la Pâque, la fête des Juifs, était proche.
5 Jésus leva les yeux et vit qu’une foule nombreuse venait à lui.
Il dit à Philippe :
« Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? »
6 Il disait cela pour le mettre à l’épreuve,
car il savait bien, lui, ce qu’il allait faire.
7 Philippe lui répondit :
« Le salaire de deux cents journées ne suffirait pas
pour que chacun reçoive un peu de pain. »
8 Un de ses disciples, André, le frère de Simon-Pierre, lui dit :
9 « Il y a là un jeune garçon qui a cinq pains d’orge
et deux poissons,
mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ! »
10 Jésus dit : « Faites asseoir les gens. »
Il y avait beaucoup d’herbe à cet endroit.
Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes.
11 Alors Jésus prit les pains,
et, après avoir rendu grâce,
il les distribua aux convives ;
il leur donna aussi du poisson, autant qu’ils en voulaient.
12 Quand ils eurent mangé à leur faim,
il dit à ses disciples :
« Rassemblez les morceaux en surplus,
pour que rien ne se perde. »
13 Ils les rassemblèrent, et ils remplirent douze paniers
avec les morceaux des cinq pains d’orge,
restés en surplus pour ceux qui prenaient cette nourriture.
14 A la vue du signe que Jésus avait accompli,
les gens disaient :
« C’est vraiment lui le Prophète annoncé,
celui qui vient dans le monde. »
15 Mais Jésus savait
qu’ils allaient venir l’enlever
pour faire de lui leur roi ;
alors de nouveau il se retira dans la montagne, lui seul.

 



On ne peut rester bien longtemps sans manger. Mais on oublie parfois que notre âme, tout comme notre corps, est vivante, et qu’elle a aussi besoin de nourriture. La vie spirituelle a aussi besoin d’alimentation. Et quelle meilleure nourriture notre âme pourrait-elle recevoir que la présence de Jésus ? Comme lors de la multiplication des pains, dans l’Eucharistie, Jésus nous donne tout ce dont nous avons besoin, et même plus. Jésus veut nous donner en surabondance cette nourriture céleste. Aller communier, c’est aller puiser aux sources de la vie, c’est manger la nourriture de la vie éternelle.
 
"-Seigneur, prépare mon cœur et mon âme pour te recevoir plus dignement dans la sainte communion aujourd’hui. Fais que ce miracle touche mon cœur, au point que j’accepte avec foi tes enseignements sur ta présence réelle dans le sacrement de l’eucharistie. Quand je te reçois, je te demande seulement de rendre mon cœur semblable au tien."        





samedi 25 juillet 2015

Pêches au sirop de vanille et mousse mascarpone.



Les pêches cuites au sirop, hum! quel bon souvenir d'enfance. Nous nous levions les matins d'été dans une maison bien fraîche qui embaumait la pêche en train de cuire. Le plus dur était d'attendre que le tout soit bien froid pour se régaler! Nous les mangions nature, mais aujourd'hui habillées d'une mousse de crème, cela ne se refuse pas!

Pour 4 à 6 portions selon la taille de vos verrines:
4 à 6 pêches jaunes
1 litres d’eau
250 g de sucre semoule
2 gousses de vanille fendues
1 blanc d’œuf
150 g de crème au mascarpone 35% m.g minimum
30 g de sucre
Quelques amandes effilées, grillées.

Préparer les pêches au sirop à l'avance pour qu’elles aient le temps de refroidir.


Prévoir une casserole pour le sirop et une autre pour ébouillanter les pêches afin de retirer la peau facilement.

 Dans la première casserole verser le sucre en poudre dans les 1000 g d’eau. Ajouter les gousses de vanille coupées en deux dans le sens de la longueur et porter à ébullition.

Pendant ce temps, dans la deuxième casserole  faire chauffer une quantité d’eau pour ébouillanter quelques secondes les pêches jaunes. les rafraîchir sous l'eau froide puis les peler.

Les couper en 2 ou en 4 et retirer le noyau.Disposer délicatement les fruits dans le sirop bouillant et laisser cuire à frémissement 10 minutes environ selon la fermeté d'origine des fruits.
Au terme de la cuisson, couper le feu et laisser refroidir les fruits dans le sirop.

Pour la mousse de mascarpone:
Insérer le fouet dans le bol du TM. 
Mettre le blanc d’œuf et fouetter 1mn30/Vit 3,5. Transvaser dans un récipient et réserver.

Mettre la crème liquide bien froide et le sucre dans le bol et mélanger entre 1 et 2mn/Vit4 Bien surveiller cette étape, la crème est montée quand elle nappe bien les parois du bol. Quelques secondes de trop et vous avez du beurre! Le temps dépend vraiment de la qualité de la crème et de la T°.

Incorporer délicatement cette préparation au blanc en neige réservé, à l’aide d’une spatule.

Répartir les morceaux de pêches dans des verrines et couvrir de mousse de mascarpone avec une poche à douille. Réfrigérer 2 heures minimum avant de servir bien frais avec les amandes effilées et grillées.


Remarques:
Exemple de crème au mascarpone.

- Si vous ne trouvez pas de mélange tout prêt de crème-mascarpone, prenez 50 g de crème fraiche 35% de m.g et 100 g de mascarpone. Mélanger 20 sec/vit

- Anticipez pour un autre dessert: Mettre  quelques pêches supplémentaires à cuire dans le sirop. Elles seront excellentes aussi nature ou avec une boule de glace à la vanille pour réaliser une pêche Melba par exemple. 

- Une variante: A faire également avec des abricots au sirop.

vendredi 24 juillet 2015

Mousse de jambon.


Un petit apéro entre amis? 
Voici comment faire plaisir avec des produits  simples et savoureux. 
Source: Les carnets Thermomix: les apéritifs dînatoires.

Pour 6 verrines
160 g de jambon blanc sans couenne, dégraissé en morceaux (4 tranches)
80 g de fromage frais, type St Môret
3 c à s de ciboulette ciselée fraîche
150 g de crème liquide 35% m.g très froide
1000 g d’eau
6 œufs de cailles à T° ambiante (En prévoir 1 ou 2 supplémentaire).
1 c à c de vinaigre de framboise
2 c à s d’huile d’olive
1 pincée de sel
1 pincée de poivre
Pour la déco:
Quelques jeunes pousses d’épinard frais
Quelques baies roses ou 1 pincée de paprika doux.
6 tomates cerise (facultatif)
6 petites brochettes

Mettre le jambon dans le bol et mixer 30 sec/Vit8. Racler les parois du bol avec la spatule.

Mixer à nouveau 10sec/Vit8. Racler à nouveau les parois du bol avec la spatule.

Ajouter le fromage frais et la ciboulette et mélanger 30sec/Sens Inverse/Vit3. Transvaser la mousse de jambon dans un autre récipient et réserver.

Laver et sécher le bol.

Insérer le fouet. Ajouter la crème liquide et fouetter 2mn/Vit 4. Surveiller attentivement cette opération: en fonction de la qualité de la crème cela peut aller beaucoup plus vite. (Arrêter de mélanger dès que la crème nappe bien les parois du bol.)

Incorporer la crème montée à la mousse de jambon à l’aide d’une spatule, puis transvaser dans une poche à douille. Répartir dans les 6 verrines et laisser prendre au réfrigérateur au moins 3 heures.

Cuisson des œufs:
Mettre l’eau dans le bol et porter à ébullition 12mn/Varoma/Vit1. Pendant ce temps déposer les œufs (à T° ambiante) dans le panier cuisson et réserver.
En prévoir 1 ou 2 supplémentaire au cas ou un se casserait pendant la cuisson)


A la sonnerie, insérer le panier cuisson et cuire 4mn30/100°/Vit1. Ôter le panier cuisson et laisser refroidir les œufs avant de les écaler.

Couper la partie pointue des œufs et la hacher au couteau. disposer ces brisures  sur la mousse de jambon.

Dans le feu de l'action, j'ai fait la photo avant de poser la feuille
d'épinard, mais vous allez bien faire un effort d'imagination!
Mettre le vinaigre de framboise, l’huile d’olive, le sel, le poivre dans un petit bol avec les quelques pousses d’épinard frais (ou tout autre type de petite salade: roquette par exemple) bien mélanger. Napper les verrine avec cette petite sauce, décorer avec les pousses d’épinard.
Monter vos brochettes avec un œuf et une tomate cerise. Disposer sur les verrines.
Pour terminer ajouter quelques baies roses sur les verrines.
Servir frais.


Remarques:

- Le jambon et le fromage étant déjà salés, il est inutile d’ajouter du sel à la préparation.

- Pour gagner du temps le jour “J”, vous pouvez préparer la mousse de jambon la veille en mettant du film transparent sur les verrines que vous garderez au réfrigérateur. Monter les brochettes au dernier moment.

mardi 21 juillet 2015

Bouchées tomates-mozza.

 
Un petit clin d’œil à une pâtisserie bien connue en France: la religieuse.

Cette version salée avec tomate, basilic, mozzarella ne laissera pas vos papilles indifférentes! Quand au visuel il est bien sympathique aussi.

Source: Péché de gourmandise

Les ingrédients pour 4 personnes :
4 tomates bien rondes (de petite taille* )
4 tomates cerises
250 g de mozzarelle
1 pot de pesto (140 gr)
100 g de mascarpone
Sel et poivre du moulin

 
Creuser délicatement côté pédoncule les tomates rondes pour les évider sans les percer. Au besoin aidez-vous d’une cuillère à pomme parisienne.

Saler légèrement l'intérieur et les faire dégorger en les retournant sur du papier absorbant.

Couper la mozzarelle en tout petits dés au couteau et les mettre dans un saladier avec le pesto et le poivre. Mélanger.

Remplir les tomates avec ce mélange et les disposer sur le plat de service.

Mélanger le mascarpone avec 1 ou 2 c à c d’eau pour l’assouplir.
Mettre le mascarpone dans une poche à douille cannelée fine et faire une collerette sur le dessus de la tomate garnie. Poser la tomate cerise dessus. Encore plus joli si la tomate cerise a encore son petit pédoncule vert, hélas je n'en n'ai pas trouvé cette fois-ci!

Servir bien frais.


Remarque: Pas toujours facile de trouver la bonne taille de tomate pour cette recette. La taille des tomates "cocktails" sont à peine trop petites, dans ce cas couper les tomates cerise en 2 pour avoir une bonne proportion. Prévoir 2 tomates par personnes avec ce calibre.

dimanche 19 juillet 2015

Pas de vacances pour les Apôtres?

Évangile selon saint Marc chapitre 6,30-34.


En ce temps- là, les Apôtres se réunirent auprès de Jésus, et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné.
Il leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. »

De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger.

Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart.
Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux.

En débarquant, Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement.



Jésus a envoyé ses apôtres en mission. Ils reviennent  tout joyeux mais épuisés après avoir proclamé la venue du royaume, après avoir chassé les démons, fait des onctions d’huile pour guérir les malades.


Jésus en bon berger se préoccupe aussi de ses amis. Il veut qu’ils se reposent, il veut les écarter des personnes qui demandent leurs enseignements et guérisons et qui ne leur laissent même pas le temps de manger.


Qui n’a pas fait cette expérience, chez soi ou au travail ? Être sollicité d’un peu  partout,  où quand vous vous apprêtez enfin  à vous asseoir sur le canapé après une journée harassante:  “-Maman, Papa vient m’aider…”! . Combien de parents font tous les jours cette expérience ! Combien de personnes au travail sont sollicitées à tout moment pour résoudre toute situation !



Le Seigneur nous dit aujourd’hui, « Venez vous-même à l’écart dans un endroit désert et reposez-vous un peu ». Saurons-nous écouter cet appel?

 Comment? en prenant davantage de temps pour prier? Des temps de silence intérieur, extérieur.  En partant faire une retraite? Peut-être aussi en prenant tout simplement du repos par de la détente, du sommeil à rattraper, une alimentation plus saine?

Oui Jésus souhaite un bon équilibre pour ses apôtres et pour nous aussi.


Un ami me disait avec humour : “- pour faire un bon moine il faut : un bon lit, une bonne table” Je pense que pour faire un bon apôtre il ne faut pas négliger cela aussi.

Saurons-nous mettre à profit chaque petit temps libre pour nous ressourcer en Jésus?

Les apôtres ont-ils su profiter du voyage en barque pour se reposer?

Parce que le travail n’a pas de fin et il n’attend pas!  La foule les suit, elle s’impose et avec elle l’urgence de la mission!

 
Et Jésus -“est saisi de pitié, pris au entrailles, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, il se mit à les enseigner longuement.”

Même sur notre temps de repos, de vacances, nous trouverons sur notre route des personnes affamées, assoiffées de connaitre Dieu. (Même si la notion de Dieu leur est étrangère) 
Des personnes livrées aux discours en tout genre de notre monde un peu déboussolé et prêtes à suivre ceux qui, tels les misérables bergers dénoncés par le prophète Jérémie, font miroiter toutes sortes de promesses qui se révèlent parfois bien amères.



Même en vacances, saurons-nous  remettre le tablier de service et emboîter le pas au Bon Berger, être disponible pour toujours et encore annoncer la Bonne Nouvelle?

N’oublions pas que nous sommes parfois brebis, parfois berger, parfois action, parfois prière, parfois chantant, parfois silence, parfois forts et parfois  faibles. Mais il y a une chose dont nous sommes sûrs :



Le Seigneur est mon berger :
je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche,
il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles
et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin
pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort,
je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi :
ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi
devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête,
ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent
tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur
pour la durée de mes jours.

( Ps 22, 1)



vendredi 17 juillet 2015

Panacotta de bisque de homard et sa brunoise de pomme acidulée.

Voici une bonne idée d'entrée quand il fait très chaud: rapide à faire et très rafraîchissante! A savourer...

Pour 4 à 6 verrines selon la taille. 
Source: "les carnets Thermomix: apéritifs dînatoires"

La panacotta:
300 g de bisque de homard en conserve
100 g de crème liquide
2 g d'agar (1 c à c rase)
1 pincée de paprika doux


Pour le dressage:
1/2 pomme type Granny Smith épluchée, coupée en petits cubes
12 à 18 queues de crevettes
(prévoir au moins 3 queues de crevette par verrine)
15 gr de roquette, ciselée
2 c à c de crème de vinaigre balsamique
1 c à s d'huile d'olive
1 pincée de sel
1 pincée de poivre


Préparation  de la panacotta:


Dans le bol du TM mettre la crème, l’agar-agar,  la bisque de homard et le paprika, mélanger 8sec//Vit3, puis cuire 8mn/100°/Vit3


Transvaser dans les verrines, laisser refroidir puis laisser prendre au réfrigérateur 2 heures minimum.

Au moment du service:
Disposer la pomme coupées en cubes, les queues de crevettes et la roquette sur la panacotta.

Mettre la crème de vinaigre balsamique, l’huile d’olive, le sel, le poivre dans un récipient et mélanger.

Servir les verrines, bien froides, nappées d’un petit filet de sauce.

Remarques:
- Vous pouvez remplacer les queues de crevettes par du crabe émietté ou des pinces de crabe ou des queues d'écrevisses.

- J’ai remplacé la crème de vinaigre balsamique par du vinaigre de framboises.

- Si vous préparez d’avance la pomme en petits cubes, mettre 2 c à s de jus de citron et 1 c à s d’eau dessus, bien mélanger et garder dans une boite hermétique au réfrigérateur en attendant le service.

jeudi 16 juillet 2015

Pizza Thon-cœurs d’artichauts.



L’étonnant dans cette pizza c’est la pâte!
Utiliser une farine complète donne à la fois une texture et un goût différent 
Convient pour toute sortes de garnitures. Prévoir un peu de temps pour le levage.

Pour la pâte:

250 g de farine T150
1 cuillère à soupe d'huile d'olive
130 gr d’ eau
6 g de levure de boulanger lyophilisée
1/2 cuillère à café de sel


Pour la garniture:

1 pot de coulis de tomate bien épais
1 bocal de cœurs d’artichauts
1 boite de thon au naturel
Quelques câpres
1 boule de mozzarella
Comté râpé
Herbes de Provence ou origan.


Au Thermomix:

Mettre tous les ingrédient de la pâte dans le bol 2mn/Epi.
Réserver la pâte dans un saladier à l’abri des courants d’air pendant 1 heure. (dans un four tiède,35°, éteint par ex)
Au bout d’1h, détendre la pâte en la pétrissant légèrement et l’étaler au rouleau en farinant légèrement le plan de travail. La mettre sur une plaque à pizza et laisser reposer encore 1 h.

Garnir la pizza avec le coulis de tomate, le thon émietté, les cœurs d’artichauts coupés en 2, les câpres, la mozzarella coupée en lamelles, le comté. Saupoudrer avec des herbes de Provence ou l'origan. 

Sans Thermomix:

Mélanger la farine, l’huile, l’eau et le sel puis ajouter la levure et pétrir longuement, jusqu’à ce que la pâte soit bien homogène.Couvrir et laisser reposer et gonfler dans un endroit tiède environ 1 heure.
Au bout de ce temps, détendre un peu la pâte en la pétrissant légèrement et l’étaler pour la mettre dans un moule à pizza.

Laisser à nouveau reposer une heure, puis garnir comme ci-dessus.

jeudi 9 juillet 2015

Crème délice au chocolat.



Voici une variante de la mousse soyeuse choco-noisettes pour ceux qui n’aimeraient pas le tofu soyeux. (Ou qui n’en trouve pas) 


Vous l’avez peut-être remarqué : je fais dans le light en ce moment Clignement d'œil 
Nous aurons donc ici une version très, très légère!

Se prépare au moins une  journée à l’avance

4 gr d’agar-agar
550 gr d’eau
150 gr de chocolat noir minimum 70% de cacao
2 c à s de purée de noisette ou purée d’amande
2 c à s de sucre de cane complet
2 bonnes pincées de vanille en poudre ou autre parfum de votre choix.



Délayer l’agar-agar dans 500 gr d’eau . Faire chauffer à feu doux et laisser frémir 2 minutes. (TM 5/6mn/Vit2/90°)
Mettre dans un saladier, laisser refroidir et placer ensuite dans le réfrigérateur au moins 1 heure, le temps que la préparation fige bien.

Au bout d'une heure d'attente, mettre le chocolat en petit morceaux dans le bol du TM, mixer 30 s/Vit9. Racler la paroi du bol.

Ajouter les 50 gr d’eau restants,  mélanger 4mn/Vit2/50°. Le chocolat doit être bien fondu.

Ajouter le bloc de gelée coupé en morceaux  dans le bol avec la purée de noisettes ou d’amandes, la vanille ou autre parfum, le sucre.

Mixer 2 à 3 mn/Vit 8 en faisant une ou deux pauses pour racler la paroi du bol de temps en temps afin que le mélange soit bien onctueux.
.
Remplir des verrines ou un petit saladier. Mettre au réfrigérateur au moins une nuit pour obtenir une consistance légère et aérée.

Remarques:

- Cette crème dessert se conserve plusieurs jours au réfrigérateur dans des contenants bien fermés (Pots yaourts en verre avec couvercle, pots TW). 

- Vous pouvez sans crainte la faire plusieurs jours à l’avance, car elle va passer de l'état de crème à mousse après 2 jours de repos au frais.

- Pensez aux huiles essentielles pour éventuellement parfumer cette crème, surtout si vous utilisez de la purée d'amande.

Source: Le régime Seignalet en 60 recettes.

lundi 6 juillet 2015

Sainte Maria Goretti

Une des rares photographie de Maria.
 
Face à la barbarie que subissent nos frères chrétiens dans le monde, nous nous posons bien souvent la question du psalmiste:
Pourquoi aux justes la mort et aux méchants la vie ? “
 
 
C’est la question que l’on peut aussi se poser en lisant la vie de cette petite jeune fille Maria Goretti , violée, puis sauvagement assassinée le 06 juillet 1902 alors qu’elle voulait préserver la dignité de sa personne, de son corps, de son âme. 

Le sacrifice de cette enfant innocente à pesé  sur le destin de son assassin. La conversion sincère de ce jeune meurtrier est bien probablement le premier miracle obtenu par Maria.

Cette “Agnès du vingtième siècle” s’inscrit dans une longue lignée de jeunes martyres plus ou moins connus qui nous montre le chemin de la pureté, du pardon.
On ne peut pas ne pas penser à Anne-Lorraine Schmitt, à Jeanne-Marie Kegelin ou Marie-Ascension qui elle heureusement, échappa de peu à son ravisseur grâce à la prière confiante du chapelet durant son rapt…

Voici donc l’histoire de la courte vie de Maria Goretti:
 
Maria Goretti dite Marietta est née le 16 octobre 1890 à Corinaldo, en Italie, d'une famille pauvre et pieuse.
 
En 1899, le petit lopin de terre que sa famille cultive ne suffisant plus à les nourrir, les Goretti déménagent à Le Ferriere di Conca dans le diocèse  d'Albano (Italie). 


La famille vit dans un logement qu'elle partage avec Giovanni Serenelli, veuf, et son fils Alessandro, solide gaillard de dix-neuf ans, grossier, vicieux, qui prend plaisir à tapisser les murs de sa chambre d'images obscènes et à lire de mauvais livres.  

Maria perd son père, emporté par la malaria, à l'âge de dix ans. C'est elle qui s'occupe de ses frères et sœurs, de la cuisine, du ménage... Très sérieuse et extrêmement pieuse, elle est appréciée des gens du village qui se cotisent pour lui offrir une robe pour sa première communion. Sa mère et son frère Angelo (neuf ans) travaillent aux champs toute la journée. Le contrat de travail qu'ils ont signé sans le comprendre (ils ne savent pas lire) les désavantage. 


A l'âge de onze ans, Maria Goretti est déjà jolie. Elle fait aussi plus que son âge, d'où son surnom de « petite femme ». Alessandro Serenelli, vingt ans, profitant du fait qu'elle est souvent seule, se met à la poursuivre de ses assiduités. La jeune fille, n'osant en parler à sa mère, se réfugie dans la prière, son seul recours, tout en prenant garde à ne jamais rester seule avec le jeune homme. 

Cependant, le 5 juillet 1902, vers quinze heures, alors qu'elle reprise une chemise sur le palier de l'escalier, seule avec sa petite sœur Teresa qui fait la sieste sur une couverture; le reste de la famille étant non loin de là occupé à broyer le grain, Alessandro arrive et entraîne de force la jeune fille à l'intérieur, dans la grande cuisine. 
Cette dernière se débat en exclamant: « Alessandro, Dieu ne veut pas ces choses là! Si tu fais cela tu iras en enfer! ». Vexé et fou de rage, de ne pas parvenir à vaincre la résistance de Marietta, il l'attaque avec un poinçon de vingt-sept centimètres de long, à quatorze reprises. 

L'enfant est transportée à l'hôpital Orsenigo de Nettuno où elle meurt le lendemain, après avoir reçu la Communion pour la dernière fois. Avant de lui donner la Sainte hostie, le prêtre lui demande si elle pardonne à son agresseur.

 Elle réprime une répulsion instinctive et répond : « Oui, pour l'amour de Jésus, je pardonne. Je veux qu'il vienne lui aussi avec moi au Paradis. Que Dieu lui pardonne, car moi, je lui ai déjà pardonné ». Elle meurt le 6 juillet à quinze heures quarante-cinq. 


Alessandro a sa sortie
de prison.
Alessandro Serenelli, condamné à une peine de trente ans de prison pour son crime, une nuit de 1910, rêva que Maria lui offrait des lys qui se transformaient en lumières scintillantes. Ce rêve lui fit réaliser le mal qu'il avait fait et il se repentit. Il fut libéré en 1929, après vingt-sept années de détention. 

Dans la nuit de Noël 1934, il alla jusqu'à Corinaldo, pour voir la mère de Marietta, Assunta Goretti, qui à cette époque était au service du curé, et la supplia de lui pardonner. Elle accepta en disant: « Dieu vous a pardonné, ma Marietta vous a pardonné, moi aussi je vous pardonne » et tous deux assistèrent à la messe ensemble le lendemain, recevant la Sainte Communion, l'un à côté de l'autre, sous le regard étonné des paroissiens. 

Alessandro Serenelli travaillait alors en tant que laïc au Couvent des Pères Capucins d'Ascoli Piceno. Il mourut au Couvent de Macerata, le six mai 1970, après avoir rédigé un testament édifiant. 

Béatifiée le 27 avril 1947, par le Pape Pie XII, elle fut canonisée, le 24 juin 1950, par le même Pape, en présence de plus de 500000 fidèles qui la déclara sainte martyre de l'Église catholique romaine. Aussi, ce fut la première canonisation à être célébrée à l’extérieure de la basilique, sur la place Saint-Pierre de Rome. 


24 juin 1950.

Assunta Goretti, la mère de Marietta, fut présente avec ses enfants à la cérémonie : ce fut la première fois qu'une mère assistait à la canonisation de son enfant. Contrairement à ce qui c’est dit, Alessandro Serenelli, l’assassin, n’était pas présent, ni à la béatification, ni à la canonisation de Maria Goretti. 


Pour le 100 ème anniversaire de sa mort, en 2002, le Pape Jean Paul II a adressé un Message spécial à l'Évêque d'Albano en soulignant l'actualité de cette Martyre de la pureté. Sa dépouille repose dans la crypte du Sanctuaire Notre-Dame-des-Grâces de Nettuno, au sud de Rome. 


Le rayonnement de Maria Goretti se poursuit de nos jours. Le pape Jean-Paul II la donne spécialement en modèle aux jeunes:

 " - … Que dit aux jeunes d'aujourd'hui cette jeune fille fragile, mais chrétiennement mûre, à travers sa vie, mais surtout sa mort héroïque ? 

Marietta - c'est ainsi qu'on l'appelait familièrement - rappelle aux jeunes du troisième millénaire que le véritable bonheur exige du courage et un esprit de sacrifice, le refus de tout compromis et d'être disposé à payer en personne, même par la mort, la fidélité à Dieu et à ses commandements.
 Comme ce message est actuel! Aujourd'hui, on exalte souvent le plaisir, l'égoïsme ou même l'immoralité, au nom de faux idéaux de liberté et de bonheur. Il faut réaffirmer avec clarté que la pureté du cœur et du corps doit être défendue, car la chasteté "préserve" l'amour authentique.”


Méditation de Jean Paul II lors de l’Angelus du 6 juillet 2002, centenaire du martyr de Sainte Maria Goretti.

Prière à Sainte Maria Goretti: 


" Sainte Maria Goretti, veuillez demander à Jésus de m'accorder la grâce d'être pur au milieu des tentations quotidiennes qui m'entourent. Quel qu'en soit le coût, permettez-moi d'être toujours fidèle à Dieu"


Au jour d'aujourd'hui, ou nos enfants sont soumis à toutes sortes de sollicitations,(images pornographiques)  d'atteinte à la pudeur, (éducation sexuelle "brute de fonderie" dès la maternelle, demander l'intercession de Maria pour préserver la pureté nos enfants n'est pas facultative!



vendredi 3 juillet 2015

Salade de boulgour au fenouil et à l’orange.

Version pamplemousse.
Pour ces moments de grosses chaleurs, voici une bonne salade bien rafraîchissante, équilibrée.

Juste pour une entrée, ces proportions iront pour 4 personnes, si vous souhaitez en faire un repas léger le soir cela conviendra pour 2 personnes.

La sauce est délicieuse! A utiliser pour d'autres salades fruitées.


La sauce :
1 orange bio, zeste et jus
1 citron bio, zeste et jus
1 c. à café de sucre
1 anis étoilé
6 graines de coriandre
1 pincée cannelle en poudre
2 c. à c de vinaigre balsamique
4 c à soupe huile d'olive
1 pincée sel
poivre à discrétion

La salade:
110 g  g d’eau
2 pincées sel
40 g de boulgour
300 g de fenouil 
60 g d’oignon rouge
1 orange.

Préparer la sauce:

Prélever le zeste de l'orange et du citron sans la peau blanche, les mettre dans le bol et râper 10 sec/vitesse 8. Racler les parois du bol.

Ajouter le jus de l'orange et du citron, le sucre, l'anis étoilé, la cannelle, et les graines de coriandre, puis chauffer 10 min/100°C/Sens de rotation/vitesseVitesse mijotage, sans le gobelet doseur.


Une fois la réduction terminée.
Retirer l'anis étoilé et les graines de coriandre.

Ajouter le vinaigre balsamique, l'huile d'olive, le sel et le poivre, et mélanger 20 sec/vitesse 4. Transvaser dans un récipient et laisser refroidir.

Pour la salade:

Sans laver le bol, mettre l'eau et le sel, et chauffer 3 min/100°C/vitesseVitesse mijotage.
Ajouter le boulgour et cuire 6 min/100°C/Sens de rotation/vitesseVitesse mijotage. A la sonnerie, le laisser dans le bol fermé pendant 5 minutes pour qu'il finisse de cuire. Transvaser dans un récipient et laisser refroidir.

Couper très finement le fenouil et l'oignon rouge à l’aide d’une mandoline et réserver dans un saladier. 
Prélever les suprêmes de l’orange, égrainer le boulgour et ajouter le tout dans le saladier. Réserver au frais minimum une 1/2 heure.


Au moment de servir, ajouter la sauce et mélanger à l’aide d’une spatule.
Décorer avec quelques filaments de betterave rouge et quelques feuilles de roquette.

Servir frais.

Remarques: 


- Si vous craignez le piquant de l'oignon, faites chauffer un peu d'eau, mettre les lamelles d'oignons  dans un bol, recouvrir d'eau chaude, laisser à peine 1  minute, verser dans une passoire, rafraîchir sous un filet d'eau froide, sécher dans un papier absorbant.

- On peut remplacer l'orange par du pamplemousse et éventuellement le boulgour par de la semoule de Kamut (attention cuisson plus rapide)

- Pour un plat unique du soir, vous pouvez aussi ajouter un œuf dur.



Source: "Végétales et Gourmandes". Editions Thermomix.







mercredi 1 juillet 2015

Eutrapélie.


Houlala! mais que vient donc faire ce mot barbare sur ce blog? 

Serait-ce le soleil qui tape un peu trop fort en ce moment et qui me fait écrire n’importe quoi?

Eutrapélie???

Peut-être s’agit-il d’un nouvel ingrédient de cuisine bio? Pas du tout!


Une nouvelle maladie? Non, pas que je sache!

Un prénom ancien comme Eulalie, Euphrasie ? Pas davantage! Alors… Vous séchez? (Normal avec ce soleil Clignement d'œil)

J’avoue, la lecture de ce mot m'a intriguée.
Il fallait que j'en sache davantage...!


- Saint Thomas d’Aquin trouve que ce mot sonne un peu comme le nom d’un instrument de torture! Aïe aïe aïe!

- Wicktionary donne comme définition: “Disposition à plaisanter, à tenir des propos fins, agréables et spirituels” J'aurai pu me contenter de ça, mais c'est mal me connaitre!

Voila ce que j’ai découvert après moult recherches. J’espère que comme moi, vous en saurez un peu plus en arrivant à la fin de ce post.

En fait l’eutrapélie est une vertu.



Reproduction d'un plat de reliure peint,
tiré du Traité sur les vertus cardinales
(François Desmoulins, Lyon, vers 1510).
Chaque vertu est associée à un animal :
la Prudence tient un dragon ailé,
la Force un lion, la Justice un échassier,
la Tempérance une licorne.

Non, pas une des grandes vertus théologales comme la Foi, l’Espérance, ou la Charité, ou une vertu cardinale comme la prudence, le courage, la justice ou la tempérance dont elle se rapproche beaucoup.
(Remarquez au passage la petite révision sur les noms des différentes vertus...)

Non c’est une “petite” vertu, petite, dans le sens de la “petite voie” de Thérèse de l’Enfant Jésus. 
Une de ces vertus toutes simples comme la politesse, la ponctualité,  qui par sa pratique quotidienne met de l’huile dans nos relations en société et dans nos familles.


L’Eutrapélie est la vertu de la “bonne humeur” qui peut prendre plusieurs visages: 

- Elle sera parfois discrète, lumière pour votre entourage. 
- Enjouée, rieuse, elle sera contagieuse sur ceux qui pourraient avoir  un esprit “rabat-joie” grognon.

C'est aussi la vertu du “Ni trop, ni trop peu”: Plaisanter avec finesse, jouer avec entrain mais sans excitation, converser, se détendre avec mesure, sans vulgarité, sans licence, sans débordement. 

Pour être un peu plus explicite, c’est le juste milieu qui distingue le gourmet du goinfre, l’actif de l’agité, l’homme d’esprit du balourd ou du goujat …

Tout un programme, quand on imagine les applications qu’on peut lui donner: 
ni trop d’activité, ni trop de farniente, ni trop de repli sur soi, ni trop de dispersion, ni trop de veille, ni trop de sommeil, ni trop de fiesta, ni trop d’austérité etc…
(En cela elle rejoint assez bien la tempérance.

Cette vertu préserve la dignité de l’homme en ne permettant aucun débordements qui abîme le corps, l’esprit et l’âme. Subtile dosage!


L’Eutrapélie est donc l’art de la gaîté, de l’humour de bon aloi, l’art de se relaxer, sans en faire “un max” (Ce n'est pas “se lâcher”) Elle nous ouvre à la joie: joie de jouir pleinement d’un repos bien mérité, joie de s’occuper de soi et de se donner aux autres. 

Joie aussi de se rapprocher de Dieu car selon le Cardinal Giovanni Lajolo, l’eutrapélie est “doux rayon de la lumière du Christ”, le chemin vers le Royaume des Cieux! rien de moins! 
Cette détente est nécessaire pour notre bon équilibre, et pour une bonne efficacité dans notre travail.

Bref un beau programme à (re) découvrir pendant ce temps de vacances qui s’ouvre à nous. Cela ne veut pas dire que nous devenons insensibles aux drames humain, aux douleurs du corps et de l’âme de nos proches. Non cette jolie vertu nous tourne vers les autres, nous éloigne des humeurs chagrines. C’est votre sourire qui illumine le visage de l’autre et transforme sa journée! 

Profitons donc de nos plannings plus lights de l’été pour observer ce qu’il y aurait à changer en nous pour que cette “petite” vertu de la bonne humeur transforme nos cœurs et nos relations, afin qu’elle soit bien forte et bien solide à la rentrée…!

Je laisse à saint Thomas d’Aquin le mot de la fin:

Pour lui, l’eutrapélie est «la force des caractères délibérément enjoués, le secret des personnes dont on envie la joie de vivre tandis qu’on sait les épreuves silencieuses et l’humble dignité qui les marquent. Leur amitié réjouissante offre à l’âme et au corps arc-boutés dans la difficulté, la détente qui les sauve de la cassure ».

Un peu comme si notre vie ressemblait à un arc trop tendu, prêt à se rompre. La bonne humeur vient le détendre, empêchant ainsi l'arc de se rompre, donnant à notre vie un peu plus de légèreté!
Collioure 2014.

De bonnes vacances à ceux qui ont la chance d'en avoir et une bonne dose d'eutrapélie à ceux qui restent à leur poste! Clignement d'œil

Sources:
Père Caffarel, (Equipes Notre-Dame).
Juliette Levivier (Famille Chrétienne)
Saint Thomas d'Aquin
Wiktionary